Texte publié dans le catalogue du 62ème Salon de Montrouge

Par Sarah Ihler-Meyer

FR

Dans Mythologies, Roland Barthes distingue les jouets imitant des objets reconnaissables des jeux de construction abstraits : alors que les premiers conditionneraient les enfants à des fonctions et à des rôles socialement déterminés, les seconds leur permettraient au contraire d’être les créateurs de leurs propres univers.

Déjouant cette opposition, tout se passe, avec Lena Brudieux, comme si les conventions collectives pouvaient être transformées en pièces de Lego à usage personnel. Une transformation qui se produit dans ses œuvres par le dialogue qu’elle instaure entre photographies et sculptures.

C’est ce que l’on observe avec One Becomes a Dear Friend, the Other not (2017). Soit, tout d’abord, deux photos un peu saugrenues montrant de la vaisselle empilée dans un évier et des camionnettes alignées en épis : deux choses a priori insignifiantes, mais où se manifestent des habitudes culturelles, comme celle d’avoir un service de table ou celle de garer des véhicules selon un ordre préétabli, et où intervient une forme d’idiosyncrasie : le choix de telles assiettes plutôt que d’autres, le fait de ne pas parfaitement respecter la distance entre chaque camionnette.

Ainsi, une certaine individualité semble ici opérer au sein même de ce qui relève de la norme, impliquant un léger décalage que l’on retrouve dans les objets en ciment disposés au sol : deux moulages de la partie de gouttière appelée « jambonneau », semblant servir de support à la photo des camionnettes ; cinq modules géométriques schématisant un feu de bois, sur lesquels se trouvent deux jardinières contenant un cœur en métal et une bouche en faïence, inspirés des décorations des bouquets de la Saint-Valentin. En d’autres termes, par leur traduction et leur simplification formelles, l’artiste transforme ici des pratiques et des objets de l’ordre du commun en répertoire de formes personnelles, qu’elle agence selon une logique qui lui est propre. Plutôt que d’opposer le commun et le personnel, Lena Brudieux en fait les deux faces d’une même pièce.

Text published in the catalog of the 62ème Salon de Montrouge

By Sarah Ihler-Meyer

EN

In Mythologies, Roland Barthes makes a distinction between toys imitating recognizable objects and abstract building games: while the former supposedly prepare children for socially determined functions and roles, the latter, conversely, enable them to be the creators of their own worlds.

Thwarting this contrast, everything with Lena Brudieux’s work seems as if collective conventions could be transformed into bits of Lego for personal use. A transformation that emerges in her works through the dialogue she creates between photographs and sculptures.

This can be seen in One becomes a dear friend, the other not (2017). Two slightly ridiculous photos show dishes piled up in a sink and trucks parked in herringbone pattern: two seemingly insignificant things, but things in which cultural habits are displayed, like having a dinnerware set or a pre-established order for parking vehicles, but where nevertheless a form of idiosyncrasy comes into play, like the choice of these particular plates rather than others, or the fact of not thoroughly respecting the distance between each truck.

A certain individuality seems to be at work within what stems from the norm, inducing a slight discrepancy echoed by the cement objects placed on the floor: two casts of a part of the rain gutter called the “jambonneau” (literally a knuckle of ham, named after the shape of this particular drop outlet), acting as a prop for the photograph of the trucks, five geometric modules schematizing a wood fire onto which are two flower window boxes containing a metal heart and a ceramic mouth inspired by Valentine’s Day floral decorations. In other words, through their formal translation and simplification, the artist here transforms commonplace practices and objects into a repertory of personal forms that she arranges according to logic of her own. The fact is that, rather than opposing what is common and what is personal, Lena Brudieux turns them into two sides of the same coin.